logocouleur.png
Rechercher
  • msyerikian

"La faim est mauvaise conseillère" Virgile

Dernière mise à jour : 30 mai

Si nous ne savons pas l'écouter la faim peut être mauvaise conseillère, cette faim est multiple, tous nos S E N S sont en éveil, elle est extérieur et intérieur.


Il y a des choses qui s'apprennent dès le plus jeune âge avec différents outils,

comme on apprend à manger ou à connaître son corps, on apprend aussi à écouter

les S E N S A T I O N S de F A I M.

Parfois quand on se pose la question "j'ai faim " arrivons nous à y répondre clairement ? Plusieurs raisons cohabitent, se répondent et s'affrontent. Certaines faims posent plus de problème entrainant un déséquilibre une dissonance, les découvrir nous permet de faire des choix judicieux et demande de l'entrainement pour arriver à être éclairé sur nos différentes types de faim.


On parle des 9 types de faim certaines paraissent évidentes d'autres plus discrètes mais elles interagissent ensemble.

La Faim des Yeux

Une vitrine alléchante, une affiche, en lisant une recette, ou tout simplement par l’aspect des aliments, autant de stimuli pour les yeux qui peuvent titiller notre appétit.

Que se passe-t-il lorsqu’une assiette est trop grande ou trop petite ? Que nous disent nos yeux ? D’après une étude il a été constaté que lorsque nous mettions un tout petit bol les personnes se resservaient beaucoup plus ayant l'impression de n'être jamais rassasiés , il en va de même si le bol est très grand pensant alors que la quantité est insuffisante.


Nous pouvons nourrir cette faim des yeux en la satisfaisant par l’esthétique, initier les enfants au beau : une belle table, des plats bien présentés, cela permet aussi de nourrir cette faim des yeux.


La Faim du Toucher

En faisant nos courses, en préparant les repas, en mangeant , nous sommes en continu en contact avec les aliments. Par les mains, par la bouche, par la langue ou par le palais. Il a été observé que lorsqu’un bébé mange avec ses mains, il régule mieux sa quantité d’aliments ingurgités.

Dans certaines cultures les repas se font avec les doigts et sont en général des cultures où le tactile est très présent.


Il est important de goûter les aliments dans toute leur texture et il faut porter attention au : doux, rugueux, croquant, soyeux, collant, velouté, chaud, froid... à ce que ressentent les mains, les lèvres, la langue, le palais.


Nous pouvons remplir aussi cette fin du toucher dans beaucoup d’autres situations de la vie quotidienne en dehors de l’alimentation pour la cultiver.


La Faim des Oreilles

Lorsqu’on décrit un aliment savoureux une image nous vient à l’esprit et suscite souvent une curiosité, une envie. Pour certaines personnes très sensible aux bruits des aliments bruyants nous renseignent sur leur fraîcheur, sur le plaisir : « un Crispssss » donnant l’information du croquant nous mettra sans doute en appétit.


Essayons peut-être lorsque nous mangeons de mettre des bouchons d’oreilles et de voir quel est notre réaction: nous voulons terminer beaucoup plus vite ce repas ou moins vite, nous ne nous sentons pas à l'aise ou au contraire nous sommes comme dans une bulle plus à l'écoute. Nous pouvons aussi écouter attentivement les bruits des aliments au cours de nos repas et voir ce que cela réveille ne nous.

Cette faim des oreilles peut être aussi rassasié de manière différente par exemple en cultivant le besoin de silence ou en savourant un moment musique.


La Faim du Nez

Les odeurs nous donnent envie de manger lorsque nous passons devant une boulangerie l’odeur du bon pain ou des croissants nous appellent. Essayons de découvrir quelles sont les odeurs auxquelles nous sommes sensibles, prenons le temps d’approcher notre nez de l’assiette et d’humer avant de la manger de bien sentir les odeurs et de constater comment cette sensation évolue en bouche lorsque nous mastiquons.


Chez les adultes comme chez les enfants nous pouvons exercer ce nez avec un kim odeur en tentant de deviner les ingrédients d’un plat sans le voir.


La Faim de la Bouche

Notre bouche est sensible à différents types de sensations qui peuvent être agréables ou désagréables, certains n’aiment pas les plats épicés et d’autres oui.

Attention aux informations perçues qui peuvent être mauvaises, des chips aromatisées au poulet restent des chips ! Il faut cultiver le vrai goût.

Portez attention aux premières bouchées, ce sont celles qui donnent le plaisir, puis celui-ci diminue, si vous ne prenez pas conscience dès le début de ce que vous mangez la satisfaction n’est pas rassasiée et on continue à manger .


Eduquer son palais semble primordiale, dès le plus jeune âge osez et proposez une alimentation variée. Plusieurs exercices peuvent être proposé pour apprendre à bien mastiquer.


La Faim de l'Estomac

Avons nous l'habitude avant de commencer un repas de nous demander si l’estomac est-il vide ou rempli, à moitié vide ou à moitié plein?

Les habitudes ont pris le pas et nous empêchent d’écouter notre estomac : habitudes d’horaires, de structures de repas. Par exemple le goûter qui devient une habitude, mais se pose-t-on la question avant : a-t-on vraiment faim ? Attention à trouver un juste équilibre, ignorer les signaux ou y répondre immédiatement n’est pas forcément la solution.


La Faim des Cellules de notre corps

Nourrir réellement le corps d’une manière optimale, dès la naissance l’attitude est d’écouter les besoins du corps, elle diminue avec l’âge pourtant le corps envoie des signaux. Pour le diabète, par exemple, dont les premiers symptômes sont une grande soif et une polyurie, les cellules nous appellent pour diluer le sucre qu’elles contiennent en trop grande quantité. Au court des saisons, en fonction des besoins nos faims réagissent différemment, en hiver par exemple lorsqu’il n’y avait pas de chauffage on mangeait beaucoup plus pour réguler la température du corps.


Nous pouvons nous exercer à essayer de voir de quoi notre corps a besoin, à le faire en conscience et nous fier à nos intuitions dans ce qui est bon.


La Faim de l'Esprit

« je devrai.. » c’est un hameçonnage qui prend l’origine dans nos pensées et est influencé par ce que nous lisons ou entendons. Elle aime les règles rigides mais tout n’est pas blanc ou noir, ou tout n’est pas bon ou mauvais. Le choix est guidé par la peur et le stress et nos actions ne sont pas en adéquation avec nos besoins.

Trouver le juste milieu :

  • l’aliment ne sont que des aliments.

  • par l'observation des pensées par rapport aux aliments, pour prendre du recul par la méditation par exemple on devient observateur des pensées.

  • Prendre des notes sur le dysfonctionnement, quelles sont les croyances ?

  • Entraîner un esprit critique par rapport aux études scientifiques.

Cette faim est difficile à satisfaire car elle change souvent d’avis, mais vous pouvez ne pas vous laisser embarquer et faire taire les pensées en prenant du recul et voir quel comportement m’éloigne ou me rapproche de mes besoins réels.


La Faim du Cœur

« La madeleine de Proust » , des émotions et des souvenirs du goût, relations et intimité partagées, les aliments mangés avec le cœur témoins des émotions qui restent. Attention on se trouve au-delà des aliments doudous / réconfortants.

L’important est de se rendre compte que ce ne sont pas les aliments qui nourrissent le cœur, c’est la présence et l’intimité du moment. C'est différent de l’utilisation de la nourriture pour changer les émotions désagréables.


  • Quel aliment choisissez-vous le plus souvent , l’aliment qui évoque du souvenir et qui nourrit par les souvenirs ?

  • Identifiez les aliments réconforts et à quoi ils font référence.

  • Observer que ce qui s’est passé avant et après , quelles émotions ?

  • Et si on choisit l’aliment doudou le faire en pleine conscience et en le dégustant avec tous les types de faim.




Vous avez lu tout l'article avec attention et vous souhaitez approfondir et travailler sur les différentes type faim, les faire découvrir à vos enfants en famille. Nous pourrons au travers plusieurs jeux les découvrir, savoir utiliser d'une façon différente celles qui parasitent et empêchent un réponse adéquate. C'est par la répétition, les approches variés que spontanément nous serons plus en adéquation avec nos faims qui deviendront sans doute de bonnes conseillères !