logocouleur.png
Rechercher
  • msyerikian

"Mangeurs d'émotions ?"

Dernière mise à jour : 30 mai

Mangeons nous nos émotions, comment nous situons nous par rapport à la nourriture ?


Un rapport de l’ANSES de 2010 conclue que pour l'homme l'alimentation n’a pas seulement vocation à répondre à des besoins biologiques, la nourriture est aussi là pour répondre à un E Q U I L I B R E P S Y C H O L O G I Q U E. Tout le monde “mange donc ses émotions” à un moment ou un autre ! Pour reprendre le titre du livre d’Isabelle Huot et Catherine Senécal : « Cessez de manger vos émotions » - est-ce donc la solution ?


Rapport entre alimentation et émotions

Même si des études confirment ce lien entre la nourriture et nos émotions, nous ne savons pas encore le rôle exact ou quels sont les types de comportements qui peuvent entrer en action en fonction du type d'émotions.


Il est pourtant bien connu que beaucoup utilisent la nourriture comme "aliments doudous, réconforts ou récompenses". Même si cela semble fonctionner il est évident que ce type de comportement qui s'installe dans la durée ou se répète peut avoir au contraire un effet vicieux.


Alors quand au départ on a écouté ses émotions et que au final elles nous ont emporté dans un raz de marrée, n'étant plus à l'écoute de notre corps et de toutes le types de faims que nous ressentons, comment pouvons nous faire ?


Conseils pratiques

  • observer ce qui s'est passé avant et essayer de comprendre quelles sont les émotions, les pensées qui reviennent le plus souvent et qui sont éléments "déclencheurs".

  • pour nourrir cette faim du cœur il ne faut pas s'y opposer mais il faut le faire en pleine conscience en dégustant avec tous ses sens et avec tout les types de faims notamment celle du ventre et celle de vos besoins ainsi vous vous reconnecter à votre corps. C'est un moment où rien n'est exigé que le fait d'être là dans son propre espace.

  • vous pouvez nourrir la faim du cœur avec autre chose que de la nourriture en vous posant la question : qu'aurais je fais si je n'avais rien sous la main ?



AUTRE PERSPECTIVE

et finalement si c'était la nourriture qui nous permettait de manger des émotions:


"Qui n'a pas une Madeleine de Proust, un plat préféré, qui ne serait pas capable de faire des kilomètres pour la chocolatine de son enfance, qui n'a pas partagé un moment agréable en famille autour d'un bon repas ?"


tous ces souvenirs restent ancrés et se réactivent en nous parce qu'à ce moment là nous étions en présence dans tout notre corps et notre esprit.